samedi 17 mars 2018

Scrupule & Silence de Marc-Antoine Leblanc



Ce recueil de poésie est paru, à Lévis, aux Éditions de la Francophonie, en 2017.

L’auteur est âgé de 25 ans et travaille à titre d’intervenant en santé mentale à Montréal.  Il croit dans l’engagement social. 

Voyez le héron qui nous toise et qui semble pris dans une mare de pétrole.  S'agit-il d'une métaphore au sujet du citoyen contemporain ?  C'est possible et plausible.

Je me permets de placer au centre de ce billet des citations illustrant la pensée du poète comme celle-ci.
« La liberté d’expression
Devant elle, tous en pâmoison
Quelle tonitruante déception,
Qu’elle vienne sans obligation. »

Dans cette première parution, Marc-Antoine Leblanc manie habilement la langue de Vigneault et de Miron.  J’ai retrouvé sous sa plume une ferveur politique qui me rappelait le Québec des années 1970.

« Les poètes sont les paratonnerres de
l’amère colère,
D’un peuple foudroyé par son analphabète
éducation. »

En fait, il dénonce les citoyens amorphes qui se taisent et qui ont renoncé à leurs rêves.  Il veut une langue française forte et fière, déjouant les pièges de l’assimilation et d’une culture médiatique à l’heure des téléréalités.  Il se méfie de notre modernisme performant et du consumérisme dans nos Babylone de béton, d’inox et de silicone.

« Ma langue dégoupille
Les patates chaudes
Du politiquement correct
Du socialement incorrect
Du vide intellect
Que l’on taillade lâchement
Sans éplucher la peau. »

Selon lui, l’apathie des gens et le vide médiatique contribuent à l’asservissement des populations par les puissants de ce monde.

Ce recueil comporte aussi des moments tendres et sensuels, à mi-chemin entre félicité et tourment amoureux.

Je souhaite à ce jeune poète de conserver des années durant son amour de la langue française, des autres et de la vie.  Voici un jeune poète à l’aube d’un beau parcours littéraire.  À suivre…


© texte et photo, Denis Morin, 2018

2 commentaires:

  1. Bravo et mes félicitations mon ami Denis Morin, plein de succès
    Mes amitiés
    Fattoum.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous remercie. Je n'ai que le mérite d'écrire sur des auteurs que j'estime et dont les mots font écho en moi. Cordialement.

      Supprimer