samedi 16 octobre 2021

Dina de Felicia Mihali

 

Felicia Mihali est une femme de lettres et une universitaire polyglotte. Sa pratique scripturale est multiple : romancière, traductrice et éditrice. À titre d’écrivaine, elle est présente sur la scène littéraire au Québec et au Canada anglais. Bref, elle ne passe pas inaperçue. Elle joue de la plume comme un escrimeur utilise l’épée et le fleuret. Fouetté et touche.

Paru tout d’abord chez XYZ éditeur en 2008, voici que Dina réapparaît en 2021 aux Éditions Hashtag. Quelle émouvante surprise ! J’en suis désarçonné.

Comment décrire ce roman troublant ? Une narratrice vivant au Québec veut comprendre les circonstances de la mort subite de son amie, Dina, en Roumanie. Au bout du fil, les parents sont laconiques. On tait la raison. On atténue les circonstances. Ce sera pour la narratrice une occasion de revisiter dans son esprit le passé, le pays, les us et coutumes, les liens au village et avec sa famille, Bucarest, Timişoara, les frontières, le Danube.

Qui a tué Dina ? Dragan, le douanier serbe amoureux fou d’elle; Paul, le nouveau conjoint débonnaire; tout simplement l’usure et la violence de la vie ? Et si Dina n’était pas faite pour ce monde ?

Vous le saurez en lisant ce roman magnifique de Felicia Mihali, car les livres sont une bonne façon de voyager et de s’ouvrir à d’autres ciels.

Extraits :

« Dina avait compris ce besoin, chez Dragan, d’activer la haine du début de leur relation, de ne jamais lâcher sa proie. Il avait perdu. Même si Dina était maintenant presque sa propriété, le guerrier sentait qu’il avait été vaincu, que ce qu’il avait remporté n’était pas du tout une victoire mais la plus terrible défaite. »

« Il y avait aussi une autre Dina, qui renonçait aux guenilles de tous les jours pour s’habiller, se coiffer et même se farder légèrement. Dina révélait alors au monde une beauté d’icône byzantine : son visage était long et ovale, son nez, mince et long, ses yeux étaient profondément noirs, bordés de longs sourcils et un peu obliques… »

 

© Photo, texte du billet, sauf les extraits de Felicia Mihali, Denis Morin, 2021

 

 


dimanche 10 octobre 2021

Le mercenaire de Pierre Crozat

 

Pierre Crozat, enseignant français à l’étranger, a fait paraître en 2021 aux Éditions Le Lys bleu un roman divertissant à souhait intitulé Le mercenaire.

D’emblée, en regardant la couverture uniquement la couverture, je m’attendais à un roman d’aventure. 

Le roman s’ouvre sur les voyages de Paul. Il y eut un séjour tumultueux à Bakou, la capitale de l’Azerbaïdjan. Il fila à l’anglaise. Par la suite, Paul, spécialisé en histoire-géographie, se fait engager au Lycée français Gustave Flaubert doté d’un buste de Balzac au Caire. Supercherie! Décidemment, la guigne le poursuit. Il se rend vite compte que son contrat d’embauche n’est pas respecté. On lui confie des classes de remplacement dans cette école à la gestion douteuse, aux postes d’enseignement sur des sièges éjectables, dans un décor de carton-pâte digne d’une série B. L’Égypte et son passé l’enivrent. Il est subjugué par le charme slave d’Anastasia, une collègue, et le regard mystérieux du serveur d’un bar où il s’attarde souvent.

Et si ce séjour oriental était trop beau pour être vrai? Pour le savoir, vous n’avez qu’à lire ce bouquin au ton dynamique et enjoué. Où Paul nous amènera-t-il dans un prochain opus? Seul le talentueux Pierre Crozat le sait pour l’instant.

Que Bastet les protège tous les deux.

Extrait :

« Devait-il suivre ses instincts d’aventurier et se rendre au plus près de la foule pour vivre les choses pleinement comme un reporter ou bien rentrer sagement à l’appartement à Maadi ? L’inquiétude et la curiosité rivalisaient en lui, un peu comme chez les chats pensa-t-il, qui devant un danger souvent ne peuvent s’empêcher de rester pour voir ce qui va se passer… »

© Photo, texte du billet, sauf l’extrait de P. Crozat, Denis Morin, 2021


samedi 9 octobre 2021

Morceaux de mémoire de Mathieu Dubé

 

Les éditions Sémaphore font paraître en 2021 dans sa collection Mobile des Morceaux de  mémoire de Mathieu Dubé.

Ce poète est né en 1980 à Valleyfield. Il y vit aussi.

Cet album de poèmes-collages tient à la fois du recueil de poésie et du livre-objet. Le poète joue au typographe, à l’artiste visuel et au scribe. Quant au poème, il s’offre sonore et visuel. Le contenant importe comme le contenu. L’agencement des mots et le découpage sémantique semblent laisser au hasard. Pourtant, j’ai l’impression qu’il n’en est rien, que tout est soupesé, analysé, reconstruit et que l’assortiment relève aussi de la minutie de l’artiste et de sa fine observation de la condition humaine. Cette aire de jeu se divise en quatre sections :  Le rire avant toute chose / Capitale de la couleur / Fragiles architectures / Recoller les morceaux.

Sous l’aspect ludique de la forme, il y a matière à réflexion et densité. Il y a de la chair autour de l’os, des formes autour du désir, un cri freiné dans le murmure, une soif de vivre au-delà du col de bière et de ses yeux bleus. Le poète nous étale au grand jour son imaginaire pour notre grand bonheur. C’est émouvant et jouissif comme une scène ou une galerie d’art où des textes sinueux, découpés, collés, montés exposent des fragments de vie. Les mots deviennent tesselles dans cette mosaïque scripturale. Mon iris en balade a songé à Apollinaire et Cocteau.

À lire, à consulter, à vous procurer, si vous aimez la poésie et les arts visuels. Jubilation en perspective !

© Texte du billet, photos, Denis Morin, 2021


dimanche 3 octobre 2021

Entre deux mers, ballades poétiques de Ruth Benchétrit

 

En lisant le recueil Entre deux mers, ballades poétiques de Ruth Benchétrit paru en 2021 aux Éditions Le Baladin, maison fondée par elle-même, j’ai pensé inévitablement au poème Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage de Joachim Du Bellay dès les premières pages.

Si vous êtes sensible aux détails, la photo de couverture évoque en haut les eaux lumineuses de la Méditerranée et en bas les eaux froides et grises de l’Atlantique Nord.

La poète aux origines hispano-marocaines nous prend par la main et nous fait voyager avec le safran et la fleur d’oranger par des lieux exotiques et par les cycles de sa propre vie. D’ici et d’ailleurs, sa valise repose tout près en vue du prochain voyage. Son regard fixe l’horizon, appelé par la nostalgie et l’errance. À cette mélancolie, elle ajoute la couleur de l’espièglerie et du jeu dans certains textes.

Sachez que cette autrice (poésie et nouvelles) est impliquée en culture au sein de l’organisme de poésie Toulèsarts de Saint-Eustache dans les Basses-Laurentides. Elle y anime le Dimanche en poésie, activité où un.e poète invité.e vient présenter ses œuvres.

Bref, à découvrir et à lire si vous aimez une écriture où l’intelligence et le cœur sont assis à une même table.

Pour de plus amples informations, n’hésitez pas à poser vos questions.

Extraits :

« Nulle âme ne contemple

Rivière sous brume éthérée

Loin de ma maison »

 

« Au crépuscule d’un soir d’été

Sur le sable des souvenances

Les flâneurs en bord de mer

Au fil de l’eau vagabondent »

 

« À l’ombre des senteurs de mon enfance

Néroli Citrus tout en radiance

Fleur d’oranger blanche et parfumée

Aux pétales lisses et veloutés »

 

© Photo, texte du billet, sauf les extraits de Ruth Benchétrit, Denis Morin, 2021

 


samedi 2 octobre 2021

Les réveillés de l'ombre d'Alain Cadéo

 

Alain Cadéo se fiche éperdument d’un anathème, même si proféré par Cervantes, géant de la littérature hispanophone, voire mondiale.  Il est de ces artistes qui rebondissent là où on ne l’attendait pas. Méfiez-vous de son air d’enfant sage sous sa chevelure de neige. Dans Les réveillés de l’ombre paru en 2013 chez Édition La Correntille, on débarque sur une île imaginaire du Midi avec un moulin occupé par un chevalier maigrelet d’un autre temps et son serviteur grassouillet.

Vous aurez deviné qu’il est question de Don Quichotte et de Sancho Panza. Le maître fut tiré de son gisant et le serviteur d’un mètre de terre où poussent l’ortie et des herbes folles broutées par le descendant d’un âne, mort de chagrin des siècles plus tôt.

Nos deux amis téméraires découvrent le 21e siècle obsédé par l’image et la rareté des idées profondes. Don Quichotte croise une serveuse qui fait battre son cœur et stimule sa libido. A contrario, Il rencontre un enquêteur aux desseins sombres qui ne lui inspire rien de bon. Nos deux comparses reprendront-ils leur itinéraire ou s’ancreront-ils sur cette île ? Vous le saurez à la lecture...

Pour se procurer un exemplaire de cette pièce, on s’adresse sur les réseaux sociaux à Alain Cadéo ou à Martine Cadéo.

Pour visionner, la pièce sur YouTube, on clique sur ces liens suivants :

Bande-annonce : https://www.youtube.com/watch?v=iy0IKUeB2tI

Extraits de 20 min. : https://www.youtube.com/watch?v=vTOf4OHILco

Version intégrale : https://www.youtube.com/watch?v=1f3hmMd5HoE

Bonne lecture ! Bonne écoute !

Extraits :

DON QUICHOTTE : — On y perd son grec ou son latin, son hébreu, son turc et en bon castillan aimant richesse de langage, je ne trouve là que petit vocabulaire acide et cru, sans images, sans lyrisme qui, nous le savons, est le sel de la pensée.

DON QUICHOTTE : — Il n’empêche que ces gens entreprennent mille choses, en voient dix mille et plus et ne finissent rien. Pas un pour comprendre que la patience est la plus belle des vertus. Il leur faut tout, tout de suite ou ils trépignent comme enfants gâtés, qui, ceci dit entre nous, mériteraient petites bastonnades.


© Photo, texte du billet, sauf les extraits de Alain Cadéo, Denis Morin, 2021

 

 


lundi 27 septembre 2021

Sault-au-cochon, tome 1 - le crime du siècle de Éric Veillette

 

Éric Veillette est un technicien en documentation, un auteur et un chercheur spécialisé dans les affaires judiciaires, surtout celles qui ont besoin d’une nouvelle analyse et d'une remise en contexte.

Dans Sault-au-cochon, tome 1 – le crime du siècle publié en 2021 aux Éditions de l’Apothéose, il nous étale à jeu ouvert le premier attentat aérien survenu en Amérique du Nord, le 9 septembre 1949.

Un bijoutier de Québec, Joseph-Albert Guay, épris d’une jeune fille, voulait se séparer de son épouse Rita Morel. Il le fit de manière spectaculaire en faisant placer un explosif dans la soute à bagage d’un avion de type DC-3.

Cette tragédie dans laquelle périrent 23 victimes inspira à Roger Lemelin plus tard la scénario et le roman Le crime d’Ovide Plouffe.

Je suis étonné de la masse documentaire consultée par l’auteur, soit environ 7000 pages tant à Bibliothèque et Archives nationales du Québec qu’à Bibliothèque et Archives Canada. Cette recherche résulte en cet ouvrage de 420 pages qui se lit comme un roman, portrait de cette époque.

À lire pour ceux et celles qui s’intéressent à ce Québec entrant peu à peu dans la modernité et aux enquêtes.

© Photo, texte, Denis Morin, 2021


Petit carnet de solitude de Catherine Gauthier

 


Catherine Gauthier nous propose en 2021 chez Station T ce journal intime illustré Petit carnet de solitude. S’agit-il d’elle-même ou d’une autre qui fait acte de présence ?

Il était une fois une jeune femme à la vie tranquille qui mène ses jours comme une eau tranquille. Rien ne bouge en apparence. Elle gère bien jusqu’au jour où elle tombe en amour, qu’elle s’abandonne, se donne. Puis survient le choc de la déception. Faire comme s’il n’y avait rien eu, pour ne pas embêter les autres et gommer sa peine.

Catherine Gauthier est créatrice et glaneuse d’images anciennes qu’elle modifie et complète par ses propres illustrations. Ce récit de vie minimaliste doté d'un visuel très soigné atteint son but : faire des ronds dans l’eau et réfléchir sur les aléas de l’amour.

Bref, une illustratrice et une autrice dont on souhaite de nouveaux opus.


© Texte du billet, photo, Denis Morin, 2021


samedi 25 septembre 2021

L'ombre d'un doute de Alain Cadéo

 

Alain Cadéo est aux lettres françaises ce que Jean-Louis Trintignant est au cinéma français. L’élégance et la beauté de l’être transpirent dans les instants de grâce procurés par sa prose de romancier. Mais comme tout virtuose de la plume, il nous surprend ce scribe visiteur à notre porte avec à la main des tapuscrits qui sont autant de surprises.

N’eût été de son besoin intrinsèque de liberté, il aurait fait le philosophe, le moine érudit, le bibliothécaire austère. J’entends sa voix d’homme en apparence tranquille, mais un brin tourmenté par la condition humaine. Cette voix a soufflé sur le papier L’ombre d’un doute, pièce de théâtre parue en 2008 chez Édition La Correntille. Comme tout bon livre, ce texte n’a pas pris de rides.

Dans ce soliloque, un acteur parle à ses fantômes, à ceux et celles qui l’ont jugé, mésestimé, rarement encouragé comme le père au seuil de la mort et la bonne. Parfois, pour se donner un ton frondeur, l’acteur glisse un masque sur son visage. Ce masque lui dira que c’est par lui qu’il acquière le courage de déclamer des tirades et d’affronter un public sur scène. Au gré de ses fantaisies et par le truchement d’Arlequin, du Capitan et de Pantalone, l’acteur se révèle, déconstruit certains commentaires entendus naguère, remonte forcément dans le temps, voulant s’affranchir une fois pour toutes de ses fantômes.

Pour se procurer cette pièce, on contacte tout simplement Alain Cadéo ou Martine Cadéo sur les réseaux sociaux (FB, Twitter, LinkedIn). Ce texte savoureux est à lire. Les références à la commedia dell’arte nourrissent le propos de l’acteur.

Extraits :

« Alors j’ai fini par les aimer, les masques… Peut-être parce que j’ai l’impression en portant ces écorces oubliées dans un coin, d’en faire à nouveau de la vie… »

« Ah si tu savais la joie féroce de tous les comédiens qui m’ont habité. Comme ils se sont amusés à revêtir tous mes défauts, comme ils me jouaient bien. J’ai vu les plus gentils d’entre eux, les plus tendres, des agneaux, se casser, se recroqueviller et jusque dans leurs entrailles subir les soubresauts de leur métamorphose. »

« Faut rien jeter, disait ma mère, faut tout garder ! J’ai tout gardé. Tout. Tout dans ma mémoire, dans mon théâtre… »

 

© Photo, texte du billet, sauf les extraits d’Alain Cadéo, Denis Morin, 2021

 


mardi 7 septembre 2021

Entretien avec Alain Maufinet

 

Alain Maufinet est un auteur prolifique autant à l’aise dans la nouvelle que dans le roman. Il est l’une des étoiles montantes chez JDH Éditions. J’ai cru bon m’entretenir avec lui de littérature et de sa vie. Il vous est possible aussi de consulter les billets écrits au préalable sur :

 « Le chant des brisants » et « L’ombre de Marrakech ».

Bonne découverte. 

Vous êtes un ancien militaire et l’écriture vous accompagne depuis longtemps. L’écriture est antérieure à cette époque ou fut en simultané ?

J’ai souvent écrit dans des revues militaires. Mais, mon goût pour l’écriture remonte à l’époque de mes premières lectures. J’ai peut-être tenté d’imiter, de réécrire un passage qui m’avait marqué.

« Il n’y a qu’une méthode pour inventer qui est d’imiter » Alain.

Jeune, j’ai pris goût à raconter des histoires. Moniteur de colonie de vacances (16/17 ans), j’ai animé des ateliers style « histoires au coin du feu ». Très vite, soir après soir, les rangs de mes spectateurs se sont étoffés. Pour répondre aux demandes de mon jeune public, j’ai laissé libre court à mon imagination. Alors l’écriture a suivi.

Vous sentiez-vous plus respecté par vos collègues et subalternes parce que vous preniez la plume?

J’ai publié mon premier roman très tard, ma carrière militaire était terminée.

Lors de ma carrière de directeur d’agence immobilière, j’avais pris un nom de plume : Alain Badirac. Puis, un jour j’ai décidé d’offrir un de mes romans dédicacé à tous mes collaborateurs (une bonne vingtaine). Aujourd’hui, des anciens collaborateurs, des anciens prestataires de service, et des anciens clients me lisent.

Il y a du rouge avec votre nouvelle Les volets rouges publiée dans le collectif Cadavres écrits et dans L’ombre de Marrakech, tandis qu’il y a beaucoup de bleu dans Le chant des brisants. Que vous inspirent ces deux couleurs?

Le rouge : l’action, le danger.

Le bleu : le calme, la poésie.

J’ai également un faible pour le vert (l’agate verte, la malachite). Plusieurs de mes personnages ont les yeux verts. La teinte du mystère.


Comment vous est venu de jouer le préfacier pour Aziyadé de Pierre Loti dans la collection des Atemporels?

J’ai découvert Pierre Loti, en découvrant l’ensemble de son œuvre à l’Île Maurice il y a bien longtemps. Beaucoup plus tard, j’ai publié « Le chant des brisants » qui est un peu la suite de la « Pluie soleil » publié sous le nom d’Alain Badirac. Ces deux romans ont pour cadre : l’île Maurice.

Alors en 2021, en publiant le « chant des brisants » je me suis souvenu de mes lectures des ouvrages de Pierre Loti.

« Je m’étais donc installé dans un fauteuil en osier, sur le damier de marbre de la grande terrasse inondée de lumière. Un soleil puissant ralentissait toute vie. J’examinais la bibliothèque qui couvrait les murs en bois du couloir, dans cette grande maison au plancher plusieurs fois centenaire. Bel univers pour m’immerger dans l’œuvre poétique de Pierre Loti, marin et amoureux d’aventures lointaines. » Extrait de ma préface.

Vous aimez indéniablement l’action, n’est-ce pas ? Est-ce que le passé en est la cause ?

Tout à fait. Lors de mes premières lectures (vers 8/10 ans), j’ai apprécié la Comtesse de Ségur, Les Malheurs de Sophie... J'ai beaucoup aimé Les grandes vacances. Mes passages préférés étaient ceux qui offraient de l'action. Peu après, j'ai découvert des livres où dominaient le danger et l'aventure avec un grand A. Je pense à James Fenimore Cooper avec son roman Le Dernier des Mohicans, puis le cycle des histoires de « Bas-de-cuir », « le Tueur de daims »,  « le lac Ontario ». Puis, je me suis plongé dans les œuvres de Chateaubriand, Victor Hugo, Balzac. C'est ainsi que j'ai lentement associé action et poésie. Pour moi, les deux se complètent. 

Faut-il avoir vécu dans un lieu pour en parler ?

Pas spécialement. Il est vrai que j’apprécie de décrire mes personnages dans un monde réel, à une époque déterminée. Au fil de mes lignes, je dénonce, je décris, je place un coup de projecteurs sur des évènements ou des comportements propres à la période de l’écrit. Je laisse mes personnages juger, expliquer et vivre avec leurs qualités et leurs défauts. Je laisse le lecteur juger.

Ainsi, dans mon dernier roman, « L’ombre de Marrakech », je dénonce en particulier les trafics d’êtres humains et plusieurs types de violences.

Voici un extrait pour juger :

« De temps à autre, un gémissement s’élève, des bruits de chaînes résonnent. L’on comprend que Dominique n’est pas la seule misérable détenue dans ces lieux. Plusieurs victimes subissent la même loi, dans un endroit qui en est dépourvu. Les surmulots[1] circulent souvent et s’acharnent sur les plus faibles.

Une plainte devient plus intense, elle s’intensifie. La vieille femme se lève, saisit un épais et long lacet de cuir. Elle ouvre un accès en ferraille et, sans une seule hésitation, frappe énergiquement deux fois avec son fouet. Sa riposte est efficace, un corps chute, un lourd silence succède à un cri. »

J’écoute et je regarde agir mes personnages au fil des pages. Ils m’échappent. Je ne les connais vraiment qu’à la fin du roman.


[1]  Le surmulot est un rat d’égout. On en compte 2 à 3 pour un terrien, estiment les spécialistes.

Je vous sens à la fois très attaché à la France et épris de voyages. Cet énoncé vous parle-t-il ?

C’est exact, toutefois je n’ai jamais éprouvé le mal du pays en voyageant hors des frontières françaises.

Puisque j’ai évoqué l’île Maurice, je ne résiste pas à l’idée de vous offrir quelques lignes du « Chant des brisants », lorsque mon nom de plume était Alain Badirac, pour évoquer les premiers pas de l’homme sur cette terre longtemps déserte. 

« En 1512, quand le Cirne, voilier portugais, visita cette terre, elle n'était qu'une indication récente et peu précise sur quelques documents réservés aux marins et aux princes. … Une ombre surgit à l’horizon, c’est un voilier fatigué par des mois de traversée sans escales, de colères ininterrompues des flots. Une terre paraît. Les ancres plongent devant un groupe de tortues marine. Le premier canot fend la surface calme, légèrement turquoise, d’une mer intérieure, s’étendant sur des berges blanches, dépourvues de traces humaines. L’équipe de la petite embarcation est nerveuse, mais décidée à fouler la terre ferme. Les roches sombres, dispersées sur la plage, pourraient être les points d’interrogations harcelant les nouveaux venus. Les oiseaux se sont tus, intrigués par ces visiteurs étranges. De gros dindons maladroits restent immobiles, puis s’éloignent gauchement. Leurs ailes, trop courtes, ne leur permettent pas de voler. Leurs corps, trop lourds, les empêchent de courir. Ils s’arrêtent souvent, intrigués par les intrus venus de l’horizon. Quand ils auront définitivement disparu, l’homme les appellera Dodos. »

Extrait de la « Pluie Soleil ».

« Fouler un sol vierge de toute vie humaine, c’est désormais impossible sur la terre (on peut le penser), mais c’est un vieux rêve. En voyageant, j’imagine que je vais pouvoir le faire. » 

On écrit au quotidien ou il peut y avoir des temps de désert ?

J’écris de temps à autre, pas nécessairement régulièrement. Je ne connais pas le problème de la page blanche. Jeune, j’ai d’abord commencé par des descriptions de paysages, de situations, de sensations, puis sans vraiment le chercher j’ai trouvé le souffle nécessaire pour un dérouler un long roman. En l’an 2000, lors de mes premières démarches pour trouver un éditeur, j’ai reçu un accueil très chaleureux de la part du directeur littéraire de la maison Grasset. Ce fut sans lendemain, j’en ignore toujours la raison.

Aujourd’hui, certains de mes écrits sont terminés et publiés, d’autres sont presque achevés mais ne seront probablement pas édités. Ils manquent de souffle. « C’est pour n’avoir pas assez réfléchi sur son sujet qu’un auteur est embarrassé pour écrire » Buffon.                                                                                 

Barbey d'Aurevilly disait : « Il n'y a pas de romancier dans le monde qui ne soit jamais inspiré de ce qu'il a vu et qui n'ait jeté ses inventions à travers ses souvenirs. » Pour ma part, je m'attache à donner à mes romans l'illusion de la vie. L'extraordinaire, la fantaisie, le fantastique sont absents de mes écrits, même si je sais les apprécier chez d'autres auteurs.

Pourquoi écrit-on ?

Penser, concevoir un écrit est une occupation exquise.

L’écriture me rapproche de la peinture, de la musique. On écrit, on peint, on joue pour les autres. D’ailleurs je travaille mes phrases en pensant à des tableaux, à des mélodies.

J’imagine souvent ceux qui découvrent mon écrit. Je les sens déshabiller mes phrases, mes pages.

Écrire c’est travailler avec passion, ne pas contempler les difficultés mais les vaincre.

Vous partez en voyage sur une île tranquille, vous avez le choix de trois bouquins… Lesquels et pourquoi ?

  • « Le dernier des mohicans » en souvenir de mes jeunes années.
  • « Le Grand Meaulnes » d'Alain-Fournier.
  • « Quatrevingt-treize » de Victor Hugo.

C’est du moins le choix que je pense pouvoir faire aujourd’hui. Un désir de mêler les souvenirs d’enfance, d’adolescence et d’études supérieures.

Si vous me posez la question plus tard, mon choix se portera peut-être sur d’autres romans d’auteurs modernes.

Donnez-moi cinq mots qui décrivent l’homme et l’écrivain ?

Penser, rêver, concevoir, créer, offrir.

En vous remerciant pour vos questions, je me permets de rajouter en songeant à d’Alembert.

« Deux choses charment l’oreille dans la langue française : le son et le nombre. Le son consiste dans la qualité des mots, le nombre dans leur arrangement. »

 

© Photos, Alain Maufinet; entretien, Denis Morin, Alain Maufinet, 2021


samedi 4 septembre 2021

Prismacolor no 325 de Lyne Richard

 

Lyne Richard peint sur des toiles et sur des pages. Elle le fait avec brio dans Prismacolor no 325, un recueil de nouvelles paru en 2021 dans la collection Réverbération chez Lévesque Éditeur. Elle applique minutieusement ses couleurs, en plus du blanc et du noir qui sont absence et présence selon notre point de vue. 

Puis elle ajoute une touche de rouge pour la vie, le sang qui coule dans les veines heureuses ou malheureuses de gens d’un milieu modeste, celui de Saint-Sauveur, à Québec. Pourtant, ces scènes de vie pourraient se dérouler d’autres villes. Parfois, le sang s’écoule aussi…

Pour votre information, la toile Au bord du rouge en couverture est de Lyne Richard.

Dans ce livre, vous y rencontrerez Nelli, une chienne abandonnée; Fionna, une adolescente qui vend des t-shirts en couleur; Mathias, l’enfant-libraire qui, sans le savoir, illumine la vie des autres par son empathie et sa solidarité; son père protégé par sa défunte conjointe lors d’un accident; une voisine en attente d’un amoureux assise sur un balcon qui écoute du Dalida pour combler l’ennui; un gamin utilise la trousse de maquillage de sa mère dépressive, colorant ainsi la peine de la voir sombrer…

Au-delà du mal de vivre et du quotidien des personnages, Lyne Richard sème de la beauté où l’on serait tenté de ne voir que de la banalité. Somme toute, c’est la magie de la peintre et de l’écrivaine qui transmute l’ordinaire en extraordinaire pour notre plus grand bonheur. Instants de ravissement assurés. À lire.

Extraits :

« Mon grand-père disait que les arbres savaient lire. Qu’à force de morts et de résurrections, ils traversent le temps comme un sonnet de Shakespeare. Qu’à force d’embrasser le ciel et de pénétrer la terre, les arbres ont des éternités plus vastes que nos âmes. »

« Mathias a senti son cœur s’agrandir quand il a vu les deux enfants repartir, émerveillés de tenir un livre entre leurs mains. Il aime les moments où sa vie scellée à celle de quelqu’un d’autre, à travers un petit geste ou une parole. Il suffit de peu pour qu’un bonheur gagne du terrain. »

© Photo, texte du billet, sauf les extraits de Lyne Richard, Denis Morin, 2021


jeudi 26 août 2021

L'ombre de Marrakech de Alain Maufinet

 

Tout récemment, je vous ai parlé d’Alain Maufinet, auteur du très beau roman Le chant des brisants dans la collection Magnitudes. Quelle ne fut pas ma surprise de le voir surgir avec la préface d’Aziyadé de Pierre Loti, une nouvelle dans le collectif Cadavres écrits et ce tout dernier livre L’ombre de Marrakech dans la collection Nouvelles Pages! Bref, le mec n’est pas un flemmard.

Ouvrons ce roman à la couverture mystérieuse… Médéric détective se voit confier une mission par une certaine rouquine Dominique. Elle se désiste, puis elle disparaît soudainement. Il en cause avec Bob, son collègue, lui aussi ex-commando. Les deux hommes se lancent dans une enquête qui les amènera justement à Marrakech. Et si Dominique était retenue contre son gré? Et si deux autres femmes se plaisaient à semer la fatalité sur leur partage? Rien n’est impossible à ces deux intrépides associés ou presque… Quant à vous, résisterez-vous bien longtemps avant de plonger votre iris dans cette folle série de péripéties?

Vous aurez compris là que nous avons entre les mains une lecture au rythme haletant. Les personnages sont crédibles, bien incarnés. Le suspense et le danger sont au rendez-vous. Cette prose dynamique, enjouée, pleine de rebondissements me fait penser à la série des Bob Morane du romancier belge Henri Vernes.

À mon humble avis, L’ombre de Marrakech plaira à un lectorat qui va de 15 à 100 ans. Je suis fan.

Extraits :

« Médéric songe à la dernière communication téléphonique qu’il a eue avec Hamza Khelfa. Il avait indiqué qu’une Français avait connu, trois ans plus tôt, un séjour assez similaire à celui de Dominique. Un hôtel isolé lui avait également servi de refuge pendant une semaine, avant de monter dans un taxi. »

« Par la fenêtre, la lune est resplendissante. Agathe veille toujours celui qui lui a fait subitement confiance en s’éloignant du monde des vivants, Pierre de Saint-Juste. La main qui pouvait lui offrir une voie royale repose inerte. »

 

© Photo, texte du billet, sauf les extraits d’Alain Maufinet, Denis Morin, 2021.